TOWARDS A VTC STRIKE DURING THE OLYMPIC GAMES IN PARIS IN 2024

Drivers of Transport Cars with Chauffeur (VTC) in Paris organized a snail operation on the ring road to express their dissatisfaction with their exclusion from the Olympic route during the Paris Games in 2024. A measure which contrasts with the authorization granted taxis to travel on this route during the competition, while VTCs, on approximately 185 kilometers of Parisian and peripheral roads, will be excluded.

According to the national VTC inter-union (INV), this exclusion is explained by the lack of regulation in the VTC sector, aggravated by the arrival of more than 60,000 new drivers, often part-time, and by the growing presence of mafia networks fraudulently exploiting this profession. The collective is therefore calling for the establishment of a numerus clausus aimed at regulating false profiles and cleaning up the profession.

Faced with the absence of responses deemed satisfactory, the demonstrations could evolve into actions of “civil disobedience”. A new mobilization is scheduled for January 11, 2024, and Brahim Ben Ali, secretary general of the INV, warns, indicating that, without an adequate response, VTC drivers could consider “taking the Olympic Games hostage”.

VERS UNE GRÈVE DES VTC PENDANT LES JEUX OLYMPIQUES A PARIS EN 2024

Les chauffeurs de Voitures de Transport avec Chauffeur (VTC) à Paris ont organisé une opération escargot sur le périphérique pour exprimer leur mécontentement quant à leur exclusion de la voie olympique pendant les Jeux de Paris en 2024. Une mesure qui contraste avec l’autorisation accordée aux taxis de circuler sur cette voie pendant la compétition, alors que les VTC, sur environ 185 kilomètres de routes parisiennes et périphériques, en seront exclus.

Selon l’intersyndicale nationale VTC (INV), cette exclusion s’explique par le manque de régulation dans le secteur des VTC, aggravé par l’arrivée de plus de 60 000 nouveaux chauffeurs, souvent à temps partiel, et par la présence croissante de réseaux mafieux exploitant frauduleusement ce métier. Le collectif réclame ainsi la mise en place d’un numerus clausus visant à réguler les faux profils et à assainir la profession.

Face à l’absence de réponses jugées satisfaisantes, les manifestations pourraient évoluer vers des actions de “désobéissance civile”. Une nouvelle mobilisation est programmée pour le 11 janvier 2024, et Brahim Ben Ali, secrétaire général de l’INV, met en garde en indiquant que, sans réponse adéquate, les chauffeurs de VTC pourraient envisager de “prendre en otage les Jeux Olympiques”.